LOGO de l’Association Eglise Saint Maurice pour la rénovation
de l'église
Saint-Maurice
de
Neuville-les-Dames

Saint Trivier



Dernière mise à jour
le 11/11/2019

Plan du site
Aide
Saint Trivier
Agrandissement
avec zoom en cliquant
sur la grande image
Vitrail précédent - Vitrail suivant - Retour aux vitraux

Baie numéro13
Fête16 janvier (fête locale)
Saint TrivierTrivier naquit dans le territoire des Cadurces, aujoud'hui le Quercy.

Il vécut tout d’abord en ermite à l’abbaye de Thérouanne, en Picardie, puis se retira dans la Dombes. Il est aujourd'hui honoré à Lyon et dans le diocèse de Belley.

Deux villages de l’Ain portent sont nom : Saint-Trivier-de-Courtes et Saint-Trivier-sur-Moignans.

La légende de Saint-Trivier

Vers l’an 538, Théodebert, petit-fils de Clovis et roi d’Austrasie (royaume oriental de la Gaule franque), revint à Metz, sa capitale, après avoir chassé les Ostrogoths de Provence et guerroyé en Italie.

Deux jeunes seigneurs captifs, Radignèse et Salsufur, originaires d'Utinge, un village du pays de Dombes où coule un ruisseau appelé Moignans furent conduit en Flandre. Ils furent rachetés par l’Abbé du monastère de Wizernes, situé près de Thérouanne, aujourd’hui dans le Pas-de-Calais. Cet Abbé chargea l’un de ses moines, Trivier, de négocier leur liberté et de reconduire les deux jeunes gens dans leur pays.

Après s’être acquitté de sa mission, Trivier se fixa dans le village. Il ne demanda qu’une petite cellule d’ermite et un jardin, et il assura la garde des troupeaux de ses maîtres.

Il mourut en odeur de sainteté le 16 janvier 550. Des miracles se produisirent sur son tombeau, attirant du peuple et favorisant la formation d’un bourg, qui devait prendre plus tard, le nom de Saint-Trivier-sur-Moignans, village proche de Neuville-les-Dames.

Les habitants élevèrent sur sa tombe un petit édifice de bois qu’une Dame appelée Epiphanie ou Emenone, remplaça une cinquantaine d’années plus tard, par une chapelle en pierre consacrée en 602 par Secondin, archevêque de Lyon. Cette chapelle existait encore, en dehors des murs de la ville, au XVIIème siècle. Aucun service n'y était célébré, sauf le jour de la fête de saint Trivier, « où il y avait beaucoup d’oblations de pieds de porceaux et d’argent ».

L’église paroissiale, qui appartenait au groupe des églises romanes de la Dombes, mais qui fut entièrement reconstruite en 1733, est placée sous le vocable de saint Denis et saint Trivier.

Ses reliques furent conservées dans le monastère de Luyseis, toponyme initial de Neuville-les-Dames. Elles ont disparu suite à l'incendie qui a ravagé ce village.
FactureLucien Bégule en 1891.
CatégorieSaints du diocèse.
Dans la même catégoriesaint Anthelme ; saint Pierre Chanel ; saint Vincent de Paul
En savoir plusà partir d'autres sources sur saint Trivier, son époque et ses contemporains

Vitrail précédent - Vitrail suivant - Retour aux vitraux